Vous pouvez nous contacter sur

ACTUALITE

Mini-Sommet de Luanda : L’ACAJ estime que l’Ouganda devrait s’abstenir de faire partie de la force régionale de l’EAC (Communiqué)

Publié le

à

Photo: Shutterstock

L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) à travers son coordonnateur Georges Kapiamba a dans un communiqué de presse rendu publique ce jeudi 24 novembre 2022, salué les résolutions du Mini-Sommet de Luanda sur paix et la sécurité dans l’Est de la République Démocratique du Congo, qui a réuni les dirigeants de la Région des Grands Lacs sous l’égide du président Angolais Joao Lourenço.

 

«L’ACAJ se félicite des termes du Communiqué final ayant sanctionné le Mini-Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement tenu le 23 novembre 2022, à Luanda République d’Angola sur la paix dans la Région Orientale de la République Démocratique du Congo. Elle  relève par  ailleurs que ledit Mini-Sommet a établi un calendrier contraignant de la mise en œuvre des actions prioritaires en vue de la cessation des hostilités et du retrait immédiat du M23, soutenu et armé par le Rwanda, de toutes les localités»  indique le communiqué de presse de l’ONG/ACAJ

 

Et de renchérir :

 

«En ce qui concerne la poursuite du déploiement de la Force Régionale de l’EAC, l’ACAJ estime l’Ouganda devrait s’abstenir de faire partir de cette force régionale. Pour cause,  ses militaires sont déjà présents en territoire congolais ce, en vertu d’un accord bilatéral pour l’éradication des forces terroristes ADF. Par ailleurs il est soupçonné, étant donné des indices crédibles d’offrir de base-aériennes aux terroristes du M23 » poursuit cette correspondance

 

En outre, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice exige aux autres groupes armés opérant sur le sol congolais le dépôt immédiat des armes.

 

«Pour ce qui est des autres groupes armés opérant sur le territoire Congolais, l’ACAJ souscrit à l’obligation de leur dire de déposer immédiatement les armes et d’entamer leur rapatriement inconditionnel, conformément aux termes du processus de Nairobi, avec le soutien de la MONUSCO, du Mécanisme Ad Hoc de vérification et de la force régionale de l’EAC» souligne l’ONG/ACAJ

 

Tout en précisant que :

 

«Etant donné que la présence des forces résiduelles des FDLR en RDC a toujours constitué pour le Rwanda une cause de justification pour déstabiliser impunément la RD Congo, l’ACAJ  encourage l’examen et la résolution urgent de la question du retour de tous les réfugiés dans leur pays d’origine, telle qu’évoquée dans la Feuille de route de Luanda» conclu l’ACAJ 

 

L’ACAJ recommande au Gouvernement de la république de veiller à la montée en force des FARDC aux fins de les mettre davantage en bonne condition, pour qu’elles constituent à assurer efficacement la défense de l’intégrité territoriale du pays, et par la même occasion a renouvelé son appel lancé au conseil de sécurité de l’ONU de mettre fin à l’obligation de notification préalable imposée aux fournisseurs d’armes à la RDC.

 

 

BLAISE BAYOMBO

Nous sommes engagés pour la diffusion d'une information de qualité qui contribue au développement de la communauté congolaise