Vous pouvez nous contacter sur

ACTUALITE

Guerre à l’Est : Le M23 dit ne pas être concerné par les décisions prises à Luanda et sollicite un dialogue direct avec Kinshasa.

Publié le

à

Photo: Shutterstock

Alors que le compte à rebours de l’un des résolutions du mini-sommet de Luanda exigeant un cessez-le-feu immédiat et le retrait des zones occupées par le M23, commence ce vendredi à 18h00, les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda se disent ne pas concerner par les décisions prises à Luanda et pour ce faire sollicite un dialogue direct avec Kinshasa.

 

D’autre part, Kinshasa  reste formel, « Le dialogue avec le M23 ne se fera pas et se dit compter sur la garantie de bonne fin qui s’appuie sur l’usage de force si les terroristes du M23 ne respectent pas le cessez-le-feu immédiat »

 

Cette position du gouvernement a été réaffirmée lors d’un briefing sur l’actualité co-animé ce jeudi 24 novembre à Kinshasa par le ministre de la Communication et médias, porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya et le vice-premier ministre, ministre des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula.

 

Selon le Chef de la diplomatie congolaise, la RDC étant l’un des pays cofondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine et actuellement Union Africaine, ne peut aller en sens inverse des fondamentaux de cette organisation panafricaine en dialoguant avec les terroristes.

 

« Ne croyez pas que lorsque le conseil supérieur de la défense a recommandé au gouvernement de considérer le M23 comme un mouvement terroriste, c’était peut-être par une haine exagéré par un excès de colère, Non. Ça ne se fera pas. Je peux vous rassurer au nom du gouvernement et du Président de la République », a déclaré Christophe Lutundula d’un ton sévère.

 

Dans la même perspective, il a balayé d’un revers de main les rumeurs sur l’intégration des belligérants dans le rang des forces armées de la RDC.

« Notre armée est une armée nationale et la mission régalienne de toute armée est simple: la défense du territoire national, de la souveraineté du pays et de son indépendance, La défense des institutions et des citoyens. Ce n’est pas une armée des rebelles encore moins un autre armé, c’est une armée officielle et régulière. Une armée des congolais qui paient leurs impôts pour l’entretenir. Ne vous laissez pas distraire par la phraséologie. Non, je vous ai donné la définition officielle dun mouvement ou un groupe terroriste. Nous sommes cofondateur de l’organisation de l’unité africaine aujourd’hui Union Africaine. Nous ne pouvons pas nous permettre quelles qu’aient été les circonstances d’aller à l’encontre des instrumentaux de l’union africaine, des instruments de gestion du destin commun des africains. C’est très clair, c’est un contexte, ça se passe chez nous », a-t-il renchéri.

 

 

James Kabwe

Nous sommes engagés pour la diffusion d'une information de qualité qui contribue au développement de la communauté congolaise