Vous pouvez nous contacter sur

ACTUALITE

Publication du calendrier électoral : les partis politiques de l'opposition dénoncent le manque de consensus et du réalisme.

Publié le

à

Photo: Shutterstock

Il s’observe depuis la publication du calendrier électoral par le bureau de la CENI, une divergence d’opinions entre les partis politiques de l’opposition et ceux de la majorité.

 

Les leaders de l'opposition dénoncent le manque de consensus et de réalisme dans ledit calendrier publié par Denis Kadima le week-end dernier.

 

Le parti politique cher à Martin Fayulu par exemple, décrie la décision de la centrale électorale de coupler quatre scrutins en un jour et dit craindre une éventuelle fraude en  accusant  la CENI d’avoir publié le calendrier de manière “unilatéral” selon son secrétaire général Devos Kitoko

 

 

"Le calendrier a été publié de manière unilatérale, il n’y a pas eu consensus, sur les grandes étapes, ce calendrier a été publié juste pour la consommation de l'opinion parce que c'est une affaire de quelques individus qui décident, il faut des actions d'éclats pour démontrer à l'opinion nationale et internationale que nous voulons organiser les élections. Lorsque vous voulez organiser les élections dans la transparence, il faut amorcer un processus inclusif participatif. Pour nous, ce manque de consensus pose un sérieux problème, ça va nous rattraper. L'organisation simultanée de quatre scrutins ça sera difficile, nous proposons de découpler les élections en faire trois en une journée et l'autre un autre jour, quatre élections en un jour peut entraîner un désordre et favoriser la fraude", fait savoir le secrétaire général de l’ECIDE

 

A son tour  Le parti politique Envol du député national Delly Sessanga avait  qualifié  le calendrier publié par la CENI d’un non-calendrier lors d’une conférence  de presse organisée le lundi 28 novembre dernier, “un voile pudique qui se fait relais de l'absence de la volonté politique du pouvoir à organiser les élections dans le délai, tout en invitant  l'ensemble de la classe politique, la société civile, à engager sur la voie de la recherche d'une élection libre, démocratique, et transparente, à sensibiliser la population dans le cadre de l'opération « TELEMELA FRAUDE ELECTORALE » pour que le peuple congolais ne se fasse pas, de nouveau, voler son droit sacré de se choisir ses dirigeants dans le respect de sa liberté et de son indépendance.

 

 Le parti ENVOL avait par la suite  souligné  qu'en réalité ces opérations ont pour objet de créer un consensus autour d'un fichier électoral crédible. Ce qui nécessite non seulement des ressources financières, techniques et énergétiques mais aussi le temps nécessaire.

 

A son tour,  l’ancien premier ministre et patron du parti politique Nouvel Élan Adolphe Muzito, avait affirmais dans une déclaration faite par le porte-parole du parti Albert Mukulubundu dimanche 27 novembre dernier, que le calendrier électoral publié par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est irréalisable et n’inspire pas confiance

 «  Le calendrier électoral publié par monsieur Kadima et son équipe paraît irréalisable et ne nous inspire pas confiance. En effet, le bureau de la CENI, composé des délégués de l’Union sacrée et du FCC (Front Commun pour le Congo, ndlr), est en train de planifier une vaste tricherie en se répartissant les délégués dans les circonscriptions électorales …

 

Le parti politique de l’ancien président  Congolais Joseph Kabila avait, à travers son secrétaire permanant  adjoint, Ferdinand Kambere, affirmé également que l’opposition ne reconnait pas le calendrier électoral publier par la CENI, parce que tout le processus n’a pas fait l’objet d’un consensus politique.

 

« La première impression est celle du mépris non seulement du peuple congolais, mais aussi de la constitution et même de la démocratie dans notre pays. Parce que, c’est depuis longtemps que l’opposition a réclamé qu’il y ait consensus pour crédibiliser ce processus électoral mais ils n’ont pas voulu du tout. Donc, c’est un calendrier publié par une CENI non reconnue par l’opposition », a déclaré Me Ferdinand Kambere.

 

 

Rappelons que dans le calendrier électoral publié le samedi 26 novembre 2022 par la Commission électorale nationale, les élections présidentielles sont prévues pour le 20 décembre 2023.

 

Jael Ngalula

Nous sommes engagés pour la diffusion d'une information de qualité qui contribue au développement de la communauté congolaise